ELAINE > Personnages > Prudence / Lhéda > Texte 6
   

> Prudence / Lhéda

 

Ce mal de crâne !! On a fait quoi là ? Ah, oui, passé la porte. bon sang ce que c'est douloureux. Une petite pièce, des rouages partout, des petits automates qui couvrent le sol comme des fourmis. des tas de pièces qui bougent dans tout les sens. Fichtrement angoissant, tout ça. Pour sortir de là, Fajan, Bracos et Durdam ont du apposer leur main sur une sorte de panneau à rivets, ça semblait débloquer la seule issue. En y mettant ma main, pure curiosité, rien ne se passait. Mais je n'étais pas encore sure de savoir si je devais m'en réjouir ou non.

S'ils ont construit ça sans moi, j'ai vaguement l'impression d'être bien contente de pas en faire partie.

Lorsqu'on est arrivé à pousser la porte, il y avait derrière quelques robots, semblant de forme humaine. qui ne se préocupaient pas trop de nous, et tant mieux. Rien d'hostile, pour le moment, on doit être, au vue des machines présentent, dans une sorte d'usine. une usine à robots.

Des robots qui fabriquent.des robots, à l'aide de machines. sacrément flippant.

En sortant de là, enfin, ça n'était pas franchement mieux. On était coincés dans une sorte d'immense dôme. avec plusieurs pôles. Il y avait tant de ces machines. de ces robots. Je connais bien cette impression, d'être toute petite, rien du tout. mais d'habitude je ne suis pas entourée de robots, et pas coincée dans un dôme de ce genre, en cuivre !

Mes frères.qu'est-ce que vous avez fait ?

Au centre de tout cela, au milieu du cercle, une grande tour, d'où part et arrive une spirale. Encore des robots. ou automates, ça à l'air d'être le terme, plutot.

Ca grouille. mais au milieu il y a bien une porte, qui doit permettre de monter. De là haut ce sera plus clair. Selon Bracos, on est déjà venus. moi ça ne me dit pourtant rien.

Après quelques tentatives pour entrer par la porte, on ressort finalement de cette spirale de métal, pour trouver Jared en train de discuter bien gentiment avec un automate. qui à l'air de s'ennuyer. Il finit par nous amener dans une . oui, une maison, un genre de maison.

Oniropolis2.

Je me souviens qu'il a du nous parler de ça à un moment. mais quand ? « Quand » n'est pas le plus important, on dirait. Amusant, sur une ombre qui sonne les heures. Ca doit être le nom de la ville dans laquelle nous sommes, si c'est bien une ville.

Mes frères sont vraiment pas biens. il y a même des portraits d'eux dans le hall de la maison ! On apprend par l'hotesse, une automate un peu idiote, mais bien pratique, que Fajan, Durdam et Bracos ont construit ensemble un Horloger. Fiona insinua même à un moment qu'ils auraient pu construire eux-mêmes cette ombre. Possible. Surement vrai.

Et puis . c'est quoi cette histoire d'Oniromachina.truc ?

Je crois que c'est à ce moment que l'on s'est séparés. Ma mémoire me jouait encore des tours, à ce moment. Toujours est-il que je suis tombée dans une pièce qui, je l'appris par la suite de façon assez désagréable et en plein repas, était la chambre de Durdam.

J'y ais trouvé des tas d'atouts. Par reflexe, j'en ais pris quelques uns, les ais glissés dans ma poche, et suis ressortie.

Jared était là et j'ai pas pu lui résister. je ne sais plus de quoi il m'a menacée, mais je lui ais donné les atouts à regrets. C'est quoi mon problème ? En tout cas, quel était mon problème à ce moment là ? Je vole des cartes à mon propre frère, et suis incapable de résister à un gamin qui me menace.

Le repas fut absolument passionnant. ils ont parlé de leur machine jusqu'à ce que Fiona se sauve (elle nous recontacterait plus tard), puis Bracos nous à expliqué que c'est bien lui qui a construit l'Horloger, que ce sont les robots/automates qui ont construit le dôme, etc.

Il a fallu que Jared dise à Durdam, pour sa chambre. et de cette façon m'a fait passer pour une fouineuse devant tout le monde !

Enfin. mon ignorance de la disposition des chambres à du me disculper un peu. Au moins. J'espère !

Jared. Il a fini par me redonner un atout. celui de Fajan. Et garder les trois autres. Il a raison, ça peut toujours servir. Pourquoi tu crois que je les avais empruntés ?

Dans la chambre de Bracos, qui est bien plus grande que toutes les autres pièces et possède une sorte d'atelier, ce dernier nous à montré les croquis, les morceaux d'automates qui trainaient un peu partout. sans oublier de jeter un oil à ce que je ne vole rien. Non mais pour qui il me prend ? Pour sa sour.

Bracos à réussi à ce moment à mettre un atout de lui dans la tête d'un automate, et sembla parvenir à en prendre le contrôle assez vite. Il est doué. et mérite au moins mon respect pour cela.

Quelques temps plus tard nous nous trouvions dans l'ascenseur qui nous amena jusqu'à la salle en hauteur, d'où l'Horloger effectuait son travail. AO, le gentil robot, héhé, nous y avais emmenés tous ensemble. Quelle gentille petite famille, qui est passée outre les ordres de l'horloger. Qui lui n'obéit qu'au Grand Horloger. et ce dernier ne voulait pas nous laisser sortir !

La course à commencé là : des gardiens nous poursuivaient, des tas de gardiens.

Le seul moyen de fuir plus vite qu'ils ne courraient était des chevaux de bronze, dans lesquels nous avons du insérer un atout. Je ne voulais pas ni gaspiller ni montrer le mien. j'hésitais pourtant à l'utiliser, mais à ce moment Durdam, généreux, m'en à offert un avant que je ne le sorte. Tant mieux, il m'a évité de faire un choix.

Les gardiens nous poursuivent.

Le chemin semble long, mais j'arrive la première au bout du pont que nous avons emprunté, et lache le faucon qui m'accompagne sur les automates afin qu'il les attaque à la tête, juste pour les destabiliser. Ces machins ont l'air tellement lourds. que s'ils tombent je doute qu'ils se relèvent.

Au passage, je prend une seconde pour récupérer mon atout. Il est de moi celui-là, et il peut toujours servir aussi. Je prend une seconde de plus pour l'ajouter à ma nouvelle collection.

Les gardiens nous suivent toujours, le faucon en fait tomber un, qui l'attrape et l'emmène dans sa chute. Pas ça. c'est mauvais !! Julian ne va pas être content je crois.

Après que tout le monde soit arrivé, on passe la porte. Cette fois, une autre porte au milieu nous attend bien gentiment. Trois immenses statues au fond nous attendent un peu plus hostilement, aussi. Mais pas le temps d'y préter attention, je ne compte pas perdre de temps et me dirige sans réfléchir et le plus vite possible vers le milieu de la salle.

Quoi que mes frères aient imaginés et construit, ça ne devrait pas exister. Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il y a une marelle la dessous. quelque chose du genre, mécanique et tordu.

Arrivée la première à l'ascenseur, encore un, je rage en voyant que seuls mes frères et leurs atouts peuvent nous faire descendre ! Mais nous y sommes arrivés, finalement.

Et le Grand Horloger de nous expliquer que leur oniromachina sert à créer des rêves. Forcément, avec un nom pareil, mes frères n'avaient pas deviné à quoi servait cette chose qu'ils ont eux-mêmes construit. Même si le sarcasme à sa place à bien des endroits dans mon récit, je devrais plutot m'en abstenir.

On s'est fait implanter de ces choses, les oniros. Merlin, roi du Chaos, était là lui aussi, et j'appris qu'il y a bien une histoire de marelle.

Mais je continue, les oniros enregistrent et recréent des pensées humaines, comme celles de Prudence, moi, pas moi en fait.

On les a implantés nous mêmes, pour effacer quelque chose de notre mémoire. Ca a du trop bien marcher, pour qu'on en arrive à ce point. et on a décidé de les enlever.

J'étais pas sure de vouloir. vraiment pas. si on a fait ça, c'est qu'il y avait une bonne raison ! Mais le choix à été fait à ma place, et je me suis souvenue.

De la pierre du jugement, sur la Marelle, la Vraie Marelle, celle où la licorne m'a amenée alors que des spectres me poursuivaient, quand Corwin m'a sauvée.

Des promenades si agréables et de la confiance que Julian avait placé en moi.

De la Pierre du Jugement.

De la pierre du jugement. qui est en sécurité, dans les Cours du Chaos.

Etait. en sécurité.

 

 

> Sa Véritable Histoire

> Texte 1

> Texte 2

> Texte 3

> Texte 4

> Texte 5

> Texte 6

> Texte 7

 

 
="row">