ELAINE > Personnages > Prudence / Lhéda > Texte 3
   

> Prudence / Lhéda

 

Je suis allongée, ma jambe me fait encore un peu souffrir, et mon cour est encore piqué de la colère que j'ai ressenti lorsque la flèche s'est plantée dans mon genou. Mais la colère, comme la douleur physique, s'amenuise petit à petit. Ici personne n'est venu me déranger, et je peux me livrer autant que je le désire à la réflexion.

Ma chambre est jolie, elle me plait beaucoup et j'y suis à l'aise. Deux tentures au mur représentent quelques scènes de chasse, je les aime bien, ça rend la pièce un peu plus chaleureuse. Les fauteuils sont recouverts d'un lourd tissu vert foncé, et la petite table au milieu, sur laquelle je pose mes affaires, est en bois noir. Au dessus de moi, le plafond, d'une couleur indéfinissable. Une sorte de marron, clair ou foncé, impossible à dire. Le lit sur lequel je suis est assez dur, mais d'un extrême confort. Il y a un bureau, près de la salle de bain, un très joli bureau. J'y aie fait déposer un plateau avec un peu d'eau. L'ambiance qu'il règne ici m'aide à me concentrer, à me détendre.

Cela fait peut être une semaine ou deux que l'on m'a fait revenir ici, et j'ai bien l'impression d'y avoir eu une vie auparavant. Même si cela ne me revient que par quelques impressions, impressions fugaces, de déjà vu, je connais ces personnes et je le sais.

Ce qui m'inquiète particulièrement, c'est qu'elles me connaissent aussi, qu'elles connaissent ma vie mieux que moi-même. C'est dérangeant. Je ne sais même plus si j'avais des amis, des ennemis, de la famille. Ah, si, la famille est grande, j'y ai retrouvé des frères, à ce qu'ils m'ont dit. Mais s'il y a un lien fraternel entre nous, je ne l'ai pas ressenti. Aucunement.

Ils sont particulièrement indifférents à ma personne.

En même temps, le lien qui unit frères et sours est peut-être complexe. L'amour et la rivalité vont de pair.

Je me souviens que l'on nous a dit à plusieurs reprises de n'accorder à personne notre confiance. Ca me parait justifié.

Je me demande en effet s'il y a une personne à qui l'on pourrait se confier, ici.Parce que garder tout ça pour moi, c'est gênant. Il faudra que je voie un de ces jours, si je peux trouver quelqu'un capable de m'écouter. Fajan ? Pourquoi pas, mais il me dérange un peu. Durdam, il n'est pas bien méchant, plutôt Bracos alors. Il m'a l'air plus agréable. Ulrich. il me file des frissons. Pas lui. Jared, je l'aime bien. Il doit sûrement être beaucoup plus gêné que nous, étant donné qu'il n'est pas désiré en Ambre. Il faudra que je lui dise qu'il peut compter sur mon soutien, même q'il je sais qu'il à déjà un protecteur tout dévoué. Je ne pense pas que ce soit d'un garde du corps dont ce garçon ait besoin.

Quand aux parents que j'ai croisé durant mon séjour, un seul d'entre eux m'est agréable. C'est le seul homme avec qui j'ai échangé quelques mots quand à ma perte de mémoire, et il a été compréhensif. Ca m'a beaucoup étonnée, car il n'a pas été fatigué de me ré expliquer les choses, contrairement aux deux femmes à qui nous avons déjà parlé.

En y réfléchissant bien, il ne faudra plus que je parle de mon problème de mémoire, ça pourrait me poser des problèmes. Si on nous a dit ne pas faire confiance, c'est bien qu'il y a des raisons. Et j'apprendrais vite la leçon.

Il faudra que je revoie Julian. Le faire parler risque d'être difficile. Bon, il faut dire que je suis peut-être parfois aussi loquace que lui. Il va falloir que je fasse quelques efforts, et que je tente de lui parler. Pour lui dire quoi. Je n'en sais encore rien. En tout cas il me rassure.

 

 

 

> Sa Véritable Histoire

> Texte 1

> Texte 2

> Texte 3

> Texte 4

> Texte 5

> Texte 6

> Texte 7

 
e01n.jpg" width="77" height="82">